fbpx

Si vous lisez cet article, c’est que vous êtes amené à gérer des cartes de visite. Que vous soyez étudiants, entrepreneurs, indépendants ou salariés, vous participez à plusieurs événements ou salons par an. Peu importe la fréquence ou l’objectif de votre visite, vous repartez systématiquement avec de nombreuses cartes de visite.

Comme vous, je rencontre beaucoup de professionnels. D’abord en tant qu’étudiant puis en tant qu’entrepreneur, je participe à de nombreux événements et salons pour développer mon réseau et mes compétences depuis des années. Et comme vous, je repars systématiquement avec leurs cartes de visite. Après 2 ans de networking, j’ai accumulé un nombre de cartes de visite hallucinant ! Personnellement je trouve que c’est un enfer sans nom à gérer !

Aujourd’hui je peux en parler au passé (« Dieu merci »). J’ai mis en place une organisation de gestion de mes cartes de visite qui fonctionne pour moi et je ne pense pas être le seul à avoir rencontré cette difficulté. C’est pourquoi j’ai écrit cet article pour vous expliquer comment je gère aujourd’hui mes cartes de visites, mes rencontres et mes relations.

1 – Tout le monde et n’importe qui

Lorsque je participais à des événements et des salons, j’abordais les gens un peu au hasard. Je suivais mon feeling. L’événement m’intéressait mais je ne savais pas réellement pourquoi j’étais là et qui seraient les participants. Je parlais avec un peu tout le monde et n’importe qui.

J’avais mes cartes de visite en poche et comme la tradition le veut, je concluais chaque conversation par un échange de cartes de visite. C’est un rituel incontournable ancré dans les mœurs depuis des décennies. Cette transaction a deux effets :

  • Le premier est de montrer à son interlocuteur son intérêt et la mise en place de potentielles synergies.
  • Le second consiste à passer de manière tacite à l’étape suivante : de la rencontre à la construction d’une relation.

Sur le principe, je mettais toutes les chances de mon côté en parlant avec beaucoup de personnes. Je suis entré petit à petit dans une catégorie de personnes très à la mode qui se révèlent lors d’événement et de salons, « les networkers ». C’est un terme issu du mot networking qui signifie construire et développer son réseau. Les networkers ont un réseau très développé. Ils ont des conversations passionnantes pouvant durer 20, 30 voire 40 minutes avec des personnes passionnantes. Et ils finissent chaque soirée avec un stock d’une 15aine de cartes de visite sur lesquelles ils griffonnent quelques mots-clés pour se souvenir des grandes lignes de leurs conversations.

En tant que jeune et brave « networker », je gardais toutes les coordonnées de mes nouveaux contacts avec la mémoire bien fraîche remplie d’échanges très intéressants ! Mais arrivé chez moi, je posais les cartes dans un coin de mon bureau avec les 150 précédentes récoltées le mois dernier. Erreur !

marre d'empiler vos cartes de visite

Résultat, je perdais certaines cartes de visites, d’autres passaient à la machine et celles qui s’en sortaient ne me servaient pas. Il m’est arrivé de chercher une carte de visite pendant plus longtemps que la conversation avec la personne en question n’avait duré. Mais plus important encore, j’avais beaucoup de mal à recontacter mes nouveaux contacts avec une bonne entrée en matière.

Nous avons tous été débutant à ce jeu du networking. En quelques mois, les cartes de visites s’accumulent et sont oubliées, ne servant que trop peu. Une méthode est en réalité nécessaire. Et qui dit méthode dit résultats car on ne construit pas une relation avec une simple carte de visite.

2- Mise en place d’une organisation

Exercer un bon networking n’est pas si simple qu’il n’y parait. Avec de la pratique, cela demande en réalité de la préparation, une méthode et un minimum de rigueur pour créer les résultats escomptés.

Fractionnez votre networking

Aujourd’hui, je m’attache à ne pas discuter plus de 10 minutes avec chaque personne. Grégoire Chantegrel a écrit un super article « Atteindre ses objectifs grâce au Networking » qui explique parfaitement comment préparer une séance de networking avant un salon ou un événement. Il démontre aussi l’intérêt de réduire la durée des interactions pour démultiplier le nombre de rencontres et donc de synergies potentielles lors d’une session de networking. En appliquant sa méthode, j’échange avec une 15aine de personnes en l’espace de deux heures. L’objectif étant de déterminer rapidement s’il existe de potentielles synergies entre nos deux métiers.

Networking 10 minutes

En l’espace de 10 minutes d’échange, votre interlocuteur vous transmet un grand nombre d’informations concernant son parcours, ses objectifs actuels et ses attentes. Chaque discussion regorge de détails importants. C’est à vous de bien écouter et d’y porter attention car ce sont les détails qui font la différence. Au terme des 10 minutes d’échanges, vous avez déjà entrevu des potentielles synergies. Écourtez la conversation, demandez la carte de visite de votre interlocuteur et fixez dès à présent un rendez-vous pour aller dans les détails.

L’objectif n’est pas de récupérer n’importe quelle carte de visite. Seulement celles qui vous intéresse !

Si votre interlocuteur n’a à priori rien à vous apporter et que vous n’êtes pas en capacité de répondre à ses besoins non plus. Ce n’est pas grave. Remerciez-le pour cet échange et continuez avec une nouvelle personne.

Maintenant que vous n’avez que des cartes de visite de « qualité ». Il est très important de vous souvenir des détails qui ont donné la valeur ajoutée à votre rencontre. A moins que vous ayez une mémoire d’éléphant à toute épreuve, vous devez vous équiper d’outils pour vous aider dans votre networking. Vous pouvez vous balader avec un cahier et un crayon mais en tant que jeune de la génération Y, mon premier réflexe a été de me tourner vers la technologie.

Utilisez les outils adaptés à vos besoins

Comme mon entourage, vous utilisez sûrement des outils comme Excel, votre gestionnaire de contacts de téléphone ou encore des applications de scan de cartes de visite.

J’ai essayé chacun d’eux. Excel et le gestionnaire de contacts de mon téléphone n’étaient pas très adaptés et assez laborieux. Quant aux applications, il en existe de nombreuses pour océriser les cartes de visite et ne plus s’embarrasser avec ces petits bouts de papiers. Malheureusement, elles n’intègrent aucune gestion de suivi des relations de ces nouveaux contacts. Que vos cartes de visite soient dans un tiroir de votre bureau ou dans une application, le résultat reste le même.

Comment garder facilement les informations de contacts tout en se souvenant des détails d’une conversation et y avoir accès en permanence ?

Ne trouvant pas de solution existante à cette problématique. J’ai créé avec un ami une simple application mobile de liste de contacts auxquels on pouvait associer des notes. Très vite, le système d’association note+contact s’est révélé efficace.

Je vous présente la 3ème version de l’application qui répondra sûrement à votre besoin comme elle a répondu au mien. Elle est aujourd’hui accompagnée d’une version web.

L’outil s’appelle Remembr. Nous tenions à ce qu’elle soit gratuite et sans publicité pour aider un maximum de personnes. Nous avons ajouter de nouvelles fonctionnalités comme un scanner de cartes de visite. L’objectif est évidement de pouvoir créer rapidement un contact pendant un salon ou un événement mais aussi de pouvoir gérer et développer chacune de ces relations par la suite.

Scan carte de visite

Comment Remembr fonctionne exactement ?

Lorsque vous créez un nouveau contact avec ses coordonnées en prenant une photo de la carte de visite, vous pourrez écrire des notes directement dans la fiche du contact pour vous souvenir du lieu de votre rencontre, des grandes lignes de votre conversation et surtout des détails qui ont retenu votre attention, les potentielles synergies.

D’expérience, lorsque je finis une conversation avec une personne lors d’un salon ou d’un événement, j’ouvre Remembr. Je prends une minutepour scanner la carte de visite et noter les grandes lignes dont je veux me souvenir en y ajoutant un rappel pour ne pas oublier la date du rendez-vous fixé. Ça me permet de me libérer l’esprit et me mettre dans les meilleures dispositions possibles pour entamer une nouvelle conversation.

Pour conclure cet article, je dirais que j’ai toujours un stock de cartes de visites dans un coin de mon bureau. Mais j’ai aussi tous mes contacts dans Remembr. Elles me sont donc utiles au-delà de la simple rencontre. Elles me permettent de créer des relations et d’exploiter les synergies que j’entrevois lors des salons et événements auxquels je participe.

Discuter de votre networking avec les équipes Remembr